S’il y a une recommandation que nous donnons sans cesse aux jeunes entrepreneurs, c’est la suivante: cesser d’attendre le financement qu’une banque devrait vous accorder avant de vous lancer; car elle ne l’accordera jamais surtout si vous n’avez comme seul argument que votre belle idée et n’avez pas d’antécédents (même à petite échelle) en matière de création de richesse. On ne va de tout de même pas accorder de l’argent à un aventurier qui n’a rien prouvé. Même si c’était nous, nous ne le donnerions pas, à plus forte raison des banquiers. Retenez bien que dans ce monde, aucun organisme de financement classique ne vous donnera de l’argent pour vos belles idées aussi génial soient elles à moins d’être Dangote, et même là c’est pas gagné. En effet, Dangote peut se lever aujourd’hui et demander de l’argent à n’importe quelle banque et l’obtenir sans soucis, car il bénéficie d’un certain degré de confiance dû au fait qu’il a prouvé à mainte reprise sa capacité à créer la richesse. Mais à ses débuts ce n’était surement pas le cas.
Il y a une grande différence entre une idée intéressante et un business solide. Certaines idées n’ont pas suffisamment de marché derrière elles pour soutenir un business viable, et cela est tout à fait normal. Cela ne signifie pas pour autant que vous devez les ignorer. Vous pouvez les explorer dans l’objectif d’accroitre vos compétences et expérimenter de nouvelles techniques et méthodes en préparation d’un projet plus intéressant et plus lucratif. Les banques financent des projets concrets d’entreprise et non les merveilleuses idées. Quand on vous dit que 80% des entreprises qui naissent fermeront au bout de 5 ans, vous comprenez très bien pourquoi les banquiers réfléchissent à deux fois avant de donner leur argent. Et quand bien même une banque vous donne son argent, elle vous demandera en plus d’une garantie, de financer une partie du montant que vous demander sous forme d’apport personnel.
Si votre projet est de financer la production d’une  nouvelle machine qui va révolutionner l’agro-alimentaire par exemple, alors commencez par créer 1 ou 2 exemplaires de votre machine sur vos propres fonds (soit vos propres économies, soit un investissement providentiel provenant de la famille ou des amis si votre entourage a les poches pleines, etc): le fameux ‘commencez petit mais rêvez grand’. Oui c’est dur mais c’est ainsi que ça marche. Par la suite vendez (le plus important et le plus compliqué) ces exemplaires à des industriels de l’agro-alimentaire. Vous risquer vous rendre compte en cours de route que votre idée n’était peut être pas si fameuse que ça: le produit est trop en avance sur son temps, peut-être allez-vous vous rendre compte que votre produit à des manquements vis à vis de ce que le client attend, vous allez vous rendre compte que votre produit ne répond pas à un besoin réel, etc. Si vous survivez à tout ça, alors votre profil intéresse une banque pour l’octroi d’un crédit conséquent qui vous permettra de lancer votre business à plus grande échelle.
Comme le dit la maxime: on ne prête qu’aux riches. Même s’il est vrai que des mécanismes alternatifs et moins contraignants comme le financement participatif existe aujourd’hui, le principe de base reste vrai: une idée d’affaire qui n’a pas de business model viable, pour lequel il n’existe pas de marché véritable ne fera pas long feu. Que nos jeunes entrepreneurs comprennent définitivement que le plus important pour eux n’est pas la recherche de financement de façon stricte, mais plutôt tester si réellement derrière leur idée de business se cache un potentiel business viable.
Quelles sont selon vous, les options de financements de projets facilement (avec le moins de contraintes possibles) accessible aux jeunes entrepreneurs ? Que peuvent selon vous faire les jeunes entrepreneurs pour rendre leur projet plus crédible aux yeux des probables sources de financement ? En tant qu’entrepreneur, quels mécanismes mettez-vous en place pour lancez votre business avec le moins de capital financier (pour ne pas dire sans capital) possible; comment procédez vous pour tester la viabilité de votre idée de business et vous rendre compte (à frais minimum) qu’il ne s’agit pas juste d’une “bonne” idée de plus ?
Si cette analyse vous a plu et que vous estimez qu’il pourrait bénéficier à d’autres personnes dans leur travail au quotidien, veuillez le partager au maximum car l’amélioration des performances de nos entreprises est vitale pour nous tous et pour la survie de nos économies africaines. Par ailleurs, si nos analyses et conseils vous paraissent pertinent et que vous avez besoin d’analyses et conseils personnalisés, n’hésitez pas à nous contacter ici. Nous serons ravis de vous écouter et de vous assister dans la démarche d’optimisation des processus de votre entreprise.